profile

🌈 ALiC!A, n.f.

Vomi de licorne. 🦄

published29 days ago
2 min read


​IMPORTANT: Le 1er février, je vais supprimer l'espace membre de la plateforme Systeme.io qui permettait d'accéder à la checklist OMG!, que tu as achetée l'année dernière. Si ce n'est pas déjà fait, télécharge les fichiers à ta disposition pour pouvoir continuer à les consulter!


Commençons 2023...

​

​

​

...avec un constat de derrière les fagots:

​

De manière générale, notre rapport à la couleur est bizarre.

​

D'un côté, on a des voitures et des rues qui ressemblent à ça:

​

​

​

Et de l'autre, quand tu demandes à une personne lambda de concevoir la carte d'un resto italien, elle te sort ça:

​

​

​

Question couleurs, y a rien qui va avec cette carte. On dirait qu'une licorne a vomi dessus.

​

C'est tellement psychédélique qu'on y comprend rien. Trop de questions sans réponses. Par exemple:

​

Pourquoi est-ce que le mot "bolognese" a la même couleur que le mot "tagliatelle" (mais pas les mots "prosciutto" ou "gnocchi")?

​

Mettre deux mots dans la même couleur, ce n'est pas innocent. Ca laisse entendre l'existence d'une connexion logique entre les deux.

​

Or, ce n'est pas le cas ici, puisque ces deux mots appartiennent à des étapes distinctes de la commande. D'ailleurs, l'auteur(e) de ce menu les a mis dans deux blocs distincts pour renforcer cette idée.

​

Pas de cohérence, donc pas de message. Juste du chaos.

​

Inversement:

​

Etait-ce vraiment nécessaire de donner une couleur différente à chacun des blocs de cette carte?

​

Evidemment, la réponse est NON. (Hashtag vomi de licorne)

​

Chaque couleur que tu rajoutes dans un visuel est comme un nouveau tiroir que tu rajouterais dans une commode.

​

Un tiroir pour chaque objet que tu as besoin de ranger, c'est quand même pas terrible. Pareil si tu jettes tout en vrac dans le même grand tiroir. (Fais ça, et tu retrouves Marie Kondo en PLS)

​

Pour bien ranger notre carte de pizzeria, on pourrait commencer par uniformiser la couleur des blocs "pâte" et "pizza".

​

Ce sont deux options de même importance, qu'on veut mettre en parallèle. Donc ce serait logique de leur donner une unité chromatique.

​

La couleur (et son avatar virtuel: le pixel) se pense et se manipule comme une langue vivante.

​

Pour la parler, tu n'as pas besoin de logiciels sophistiqués. Sa maîtrise est un challenge intellectuel qui se joue entre tes yeux et ton cerveau.

​

Mais vu que t'as sûrement un peu autre chose à faire que d'apprendre de zéro toute la grammaire du pixel...

​

J'ai créé la méga-checklist Oeil Magique de Graphiste! pour te guider dans la création de tes visuels, de la page blanche jusqu'à la publication. (Presque) pas besoin de réfléchir: tu as juste à suivre les instructions et à cocher les cases pour t'assurer d'avoir un visuel de qualité!

​

Vu qu'on est en plein dans la période des bonnes résolutions, je t'ai préparé une petite réduc... clique ici pour gratter une remise de 70 %.

​

​